Defender Mark II : Peinture, mécanique et cabine

Defender

Defender Mark II : Peinture, mécanique et cabine

Defender Mark II : Peinture, mécanique et cabine

Après avoir tout re-démonté une énième fois, un coup de papier à poncer, masquage et c’est l’étape peinture. Une couche d’apprêt et peinture blanche RAL9010.

En parallèle, j’ai refait l’avant de la voiture : isolation thermique, moquette, restauration des sièges, caisson central et console de toit.

J’ai également traité la partie mécanique de la voiture : distribution, vidanges, etc.

Peinture

RAS : pas mal pour une peinture faite dans un atelier maison. J’ai choisi de ne pas retirer les bosses, elles ont chacune leur histoire.
todo : indiquer les quantités utilisées


Mécanique

J’ai fait la distribution, réglage soupape, pompe à eau, nettoyage de l’intercooler et posé un deuxième alternateur, ainsi qu’un service complet. Je n’ai pas eu le temps par contre de changer l’embrayage.

Sur le capot la roue de secours pèse +40kg, et l’ouverture du capot n’est pas facile. J’ai mis deux vérins à gaz de chaque côté pour pallier à ce problème : impeccable. J’ai également soudé des renforts le long de la structure.

Suspensions : J’ai eu beaucoup de mal à trouver des ressorts adaptés au poids du véhicule (lire, changement suspension.) On a fait faire des ressorts sur mesure de 220PSI (a vérifier) à l’avant et 430PSI à l’arrière. Les amortisseurs sont des Bilstein B6 avec valve.


Cabine / Cockpit

Pendant les travaux de la cellule, j’ai restauré l’avant du Def pour plus de ‘confort’. J’ai isolé thermiquement et phoniquement. J’ai mis de la moquette automobile pour le fini et posé un Skaï sous et derrière les sièges. Les sièges ont été restaurés avec des nouvelles mousse et housses d’Exmoor Trim.

Console de toit : Au niveau du plafond, j’ai fait des rangements pour CB et interrupteurs. Le tout est recouvert d’un tissu style alcantara gris. Le tableau de bord et cubby box, également.

Cubby box : Entre les deux sièges j’ai fait une boîte, appelée cubby box sur Defender, pour les cartes et le compresseur Tmax de 160L/min. J’ai ramené toutes les connectiques, USB divers pour charger des téléphones. Ça fait aussi office d’accoudoir.


Retours d’expériences

  • Le deuxième alternateur n’est pas nécessaire pour le chargement de la batterie secondaire, un coupleur de batterie est plus simple et suffisant. Le support a l’avantage de trouver une place pour l’alternateur de rechange.
  • Les vérins de capot sont impeccables, par contre il faut faire une fixation importante sur le bord du capot, car la tôle n’est pas épaisse. Il faut savoir aussi que la puissance des vérins est relative au poids avec la roue : sans la roue, le capot se dégonde.
  • Utiliser du loctite n°xxx sur le joint de passage d’eau, si le bloc est abîmé par la corrosion.

Liens


Remerciements

Pour tous ces travaux, j’ai eu l’immense chance d’être supporté par la MFR de Cruseilles, qui m’a prêté un atelier et m’a accompagné, notamment pour l’électricité, la peinture et la soudure. Je remercie donc chaleureusement Gilles, Jean, Didier et l’ensemble du corps enseignant, ainsi que les élèves pour leur curiosité et leur sympathie !

Publié le 21/09/2016