Defender Mark II : Le projet

Defender

Defender Mark II : Le projet

Defender Mark II : Le projet

Pour la nouvelle cellule de notre LandRover Defender, on avait plusieurs souhaits d’amélioration par rapport à l’ancienne version : poids, isolation, rangement, fonctionnalités, etc. Mais on avait aussi une grosse contrainte à respecter : longueur et hauteur d’un simple container de 20′, pour pouvoir envoyer la voiture facilement où on veut.

Dans ce cahier des charges en 10 points, je parle d’un véhicule pensé pour faire de l’overland sur des longues périodes de temps, de 6 mois à 1 an, dans différentes régions climatiques.


1. Dimensions maxi : Les côtes intérieures d’un container 20′ sont de 5,8m en longueur, 2,28m en largeur et 2,26m en hauteur. Si on ne rentre pas dans ces dimensions, le prix du transport grimpe fortement…

2. Low profile : On ne souhaite pas que le véhicule soit identifiable comme camper. On souhaite pouvoir dormir en ville, si besoin toutes fenêtres fermées.

3. Isolation des parois : Que ça soit pour le chaud ou pour le froid, il faut que la cellule soit plus isolée. On a déjà dormi par -17° dans la cellule.

4. Lit permanent : Pas de composition ou montage/démontage de banquette pour en faire un matelas, ce n’est pas confortable et ça reste laborieux à mettre en place.

5. Cuisine extérieure : La cuisine avec deux feux doit être en extérieur. Frigo de 40L minimum.

6. Minimisation temps d’installation : On doit pouvoir s’arrêter et dormir dans le Def immédiatement. La cuisine doit être accessible sans montage. Ne pas devoir déplacer plus d’un élément pour accéder à un autre.

7. Démontage de la cellule : Lors des périodes hors voyage, pouvoir démonter la cellule pour utiliser le Defender avec un plateau.

8. Support roue : Descendre la deuxième roue de secours sur le capot et faire un nouveau système de support pour l’autre roue.

9. Autonomie : Augmenter l’autonomie en eau à 70L, nourriture et Diesel 4 jerrycans de 20L minimum.

10. Outillage et recovery : Faire un rangement dédié pour les outils, pièces détachées et équipement de recovery.


Avis personnel sur certaines options qui ne seront pas dans le cahier des charges :

Tente de toit : bien pour week-end ou en vacances, mais pas pour du long overland : pluie sur période prolongée, discrétion bivouac et installation quotidienne.

Cuisine intérieure : Je ne comprends pas l’idée d’avoir une cuisine minuscule à l’intérieur du véhicule. En cas de pluie ou froid, il y a des auvents et quand c’est trop extrême, il y a toujours des camp kitchen dans un camping.

Treuil : Lourd, coûteux et non utile pour de l’overland.

Toilette portable : Avoir un toilette dans un si petit espace, pas très hygiénique, pas pratique, pas adapté.

Réservoir supplémentaire : Trop coûteux pour une utilisation si occasionnelle. On trouve du diesel partout maintenant.

Galerie de toit : Pratique pour stocker des affaires, mais non sécurisé et poids élevé.

Véhicule gros ou trop haut : Perte de la capacité de franchissement du 4×4 et trop petit pour avoir le confort du camping-car. On a les désavantages des deux. Trop coûteux pour l’expédition par bateau.

Vélo, moto en plus de votre véhicule : Beaucoup de volume et de poids.

Poubelles : Point souvent oublié. Il existe des ‘Spare Tire Trash Bag’ à mettre sur la roue de secours à l’arrière. C’est une bonne astuce.

Caravane / trailer : Les petites remorques Australiennes qui se déplient dans tous les sens sont incroyables. Mais on a un double véhicule à gérer en overland. J’en achèterais certainement une sinon.


Liens

Publié le 02/09/2016